Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ?

S’il existe un élément de la réflexion à définir pour un chercheur en sciences de l’information et de la communication (SIC), il s’agit bien de la communication. Autant pratique d’acteurs que centre de théories portant sur le social, la communication est un monstre épistémique, gobant tellement de choses et d’êtres qu’elle constitue l’excuse parfaite pour désigner « tout et n’importe quoi ». Elle est une complexité que l’on peut se contenter de constater pour conclure « ceci est de la communication publique », « ceci est de la communication commerciale », sans pour autant disséquer toutes ses dimensions constitutives – si tant est que cela soit possible. En somme, elle est le terrain idéal pour soit perdre le pari de la complexité, soit le tenter. Autrement dit, le chercheur peut considérer que la communication est complexe et s’arrêter ; ou considérer que la communication est complexe et s’attaquer à sa multi-dimensionnalité1. Nous tenterons ici de démontrer pourquoi la communication doit être définie en tant que concept et pourquoi cette définition doit relever d’une posture épistémologique critique, tout en donnant l’exemple de la « communication de l’État ».

Continuer la lecture de Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ?

Critiquables

Ce carnet sera un carnet collectif de trois doctorants en sciences de l’information et de la communication. Nous utiliserons chacun nos objets de recherche pour écrire des billets en rapport avec notre discipline dans une approche épistémologique critique. Nous voulons démontrer à travers nos réflexions théoriques et empiriques (à venir) que la science doit et peut être un acteur dans les discussions publiques. La thématique est donc multiple ; d’ordre disciplinaire en développant des réflexions en sciences de l’information et de la communication ; d’ordre épistémologique en tentant de poser des questions sur la manière de faire la science ; d’ordre citoyen en écrivant des billets qui peuvent être utilisés pour « faire se poser des questions » sur la société.