Tous les articles par Mathieu Fusi

Pourquoi faut-il définir l’événement de crise financière ?

L’événement est une pré-notion, en cela il correspond à un danger épistémologique potentiel ; celui de laisser les idées et les connaissances premières réfléchir à la place du chercheur. Rapidement, nous pouvons relever la forme journalistique de l’événement et la forme de la quotidienneté des individus ; les journalistes qualifient d’événements tout ce qui leur semble sortir de l’ordinaire (mais aussi tout ce qui est attendu mais a une ampleur importante – sommet international par exemple), l’événement est selon eux par essence extra-ordinaire ; les individus au quotidien célèbrent aussi des événements – mariage, naissance – pour leur qualité extra-ordinaire. Cependant, cette qualité, seule, n’indique rien – ou au mieux une ontologie possible – sur ce qui constitue l’événement dans toute sa dimension sociale. Il faut donc faire l’effort de préciser ce que la notion d’événement signifie et, force est de constater, que les définitions ne manquent pas.

Continuer la lecture de Pourquoi faut-il définir l’événement de crise financière ?

Pourquoi une approche constructiviste et laquelle ?

Parler de constructivisme entraîne nécessairement à parler de réalité. Cette dernière, au quotidien, entretient de proches rapports avec la vérité ; il n’est pas rare d’entendre quelqu’un s’exprimer « c’est la vérité » pour décrire ce qu’il considère être la réalité. Cette question ne peut être traitée ici car elle amène aux faits et leur objectivité, puis à la capacité autant biologique que psychologique de l’homme à construire, ainsi qu’aux questions philosophiques qu’a pu se poser Descartes1 sur le rapport entre existence et essence. Bref, nous ne pouvons traiter tous ces points, mais il faut garder à l’esprit qu’ils sont importants pour aborder le constructivisme dans sa totalité. Nous ne chercherons donc pas la vérité, et si l’on peut comprendre que réalité n’est pas forcément égale à vérité, l’on comprendra que la réalité est toujours plurielle. Il semblerait donc qu’il faille utiliser les guillemets pour signifier une distance vis-à-vis de ce terme mais, comme le précisent P. Berger et T. Luckmann2, cela ne serait pas très esthétique, ni très agréable à lire. Ainsi, à chaque fois que le lecteur croisera la réalité dans ce court texte, il devra la penser avec des guillemets afin de comprendre notre position intellectuelle et ne pas la confondre avec une prétention ou une erreur.

Continuer la lecture de Pourquoi une approche constructiviste et laquelle ?

Qu’est-ce que l’État ?

Nous allons dans ce texte présenter différentes approches pour concevoir l’État. Malgré une volonté de synthétiser, il nous paraît difficilement concevable d’aborder un sujet aussi vaste en si peu de lignes. Nous ne ferons donc qu’évoquer les théories des auteurs qui se sont à intéressés aux États, sans pour autant leur donner toute la place et le développement qu’elles mériteraient. Nous essaierons tout de même de brosser un tableau assez conséquent – sans être exhaustif – et surtout se voulant compréhensible.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que l’État ?

Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ?

S’il existe un élément de la réflexion à définir pour un chercheur en sciences de l’information et de la communication (SIC), il s’agit bien de la communication. Autant pratique d’acteurs que centre de théories portant sur le social, la communication est un monstre épistémique, gobant tellement de choses et d’êtres qu’elle constitue l’excuse parfaite pour désigner « tout et n’importe quoi ». Elle est une complexité que l’on peut se contenter de constater pour conclure « ceci est de la communication publique », « ceci est de la communication commerciale », sans pour autant disséquer toutes ses dimensions constitutives – si tant est que cela soit possible. En somme, elle est le terrain idéal pour soit perdre le pari de la complexité, soit le tenter. Autrement dit, le chercheur peut considérer que la communication est complexe et s’arrêter ; ou considérer que la communication est complexe et s’attaquer à sa multi-dimensionnalité1. Nous tenterons ici de démontrer pourquoi la communication doit être définie en tant que concept et pourquoi cette définition doit relever d’une posture épistémologique critique, tout en donnant l’exemple de la « communication de l’État ».

Continuer la lecture de Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ?

Critiquables

Ce carnet sera un carnet collectif de trois doctorants en sciences de l’information et de la communication. Nous utiliserons chacun nos objets de recherche pour écrire des billets en rapport avec notre discipline dans une approche épistémologique critique. Nous voulons démontrer à travers nos réflexions théoriques et empiriques (à venir) que la science doit et peut être un acteur dans les discussions publiques. La thématique est donc multiple ; d’ordre disciplinaire en développant des réflexions en sciences de l’information et de la communication ; d’ordre épistémologique en tentant de poser des questions sur la manière de faire la science ; d’ordre citoyen en écrivant des billets qui peuvent être utilisés pour « faire se poser des questions » sur la société.