Pourquoi faut-il définir l’événement de crise financière ?

L’événement est une pré-notion, en cela il correspond à un danger épistémologique potentiel ; celui de laisser les idées et les connaissances premières réfléchir à la place du chercheur. Rapidement, nous pouvons relever la forme journalistique de l’événement et la forme de la quotidienneté des individus ; les journalistes qualifient d’événements tout ce qui leur semble sortir de l’ordinaire (mais aussi tout ce qui est attendu mais a une ampleur importante – sommet international par exemple), l’événement est selon eux par essence extra-ordinaire ; les individus au quotidien célèbrent aussi des événements – mariage, naissance – pour leur qualité extra-ordinaire. Cependant, cette qualité, seule, n’indique rien – ou au mieux une ontologie possible – sur ce qui constitue l’événement dans toute sa dimension sociale. Il faut donc faire l’effort de préciser ce que la notion d’événement signifie et, force est de constater, que les définitions ne manquent pas.

La revue Communications y consacre un numéro entier en 1972 où elle est notamment abordée sous l’angle systémique, c’est-à-dire où un (trop) grand nombre de choses peut être conçu comme étant un événement, soit tout ce qui possède une temporalité finie (avec un début et une fin)1. En effet, nous pourrions par exemple considérer la finance comme un système, avec ses processus tendant vers l’ordre (néguentropie) et ses processus tendant vers le désordre (entropie), mais cela ne correspondrait pas du tout à notre conceptualisation. À ce pôle, E. Morin, sociologue et philosophe français, en ajoute un autre qui nous intéresse directement ; est événement tout ce qui est « qui est improbable, singulier, accidentel »2. J. Arquembourg ne dit pas autre chose, « un événement est avant tout une rupture dans un ordre des choses »3. Pour cette raison et pour reprendre notre exemple plus haut, la « crise financière » est un événement qui est surprenant pour une grande partie de la population4, anormal dans le fonctionnement habituel de la finance, du moins tel que les acteurs le conçoivent5.

Néanmoins, comme nous l’avons déjà dit, ce caractère extra-ordinaire, de survenue de l’inattendu mettant en danger – plus ou moins élevé – ou en question le déroulement du cours des choses, ne suffit pas à inscrire l’événement dans une analyse du social. M. Barthélémy et L. Quéré le décrivent comme une activité sociale, dont les caractéristiques dépendent du langage, « des systèmes de croyances, d’attitudes, de capacités (d’être affecté et d’intervenir) et de pratiques »6 et d’ « une activité de constitution d’un sens »7. Autrement dit, il n’existe pas d’événement détaché de ses conditions sociales ; plus exactement, et pour éviter d’être taxé de constructivisme radical, l’événement tel qu’il est perçu et discuté par une communauté spécifique dépend de tout ce qui fait cette communauté – son langage, sa culture, ses pratiques, ses traditions, ses schèmes explicatifs, etc. Il sert alors à cette communauté pour se montrer en tant que société à travers sa mise en forme. Cette dernière est une manière pour la communauté d’exprimer ce qui la traversent, soit des événements qui situent et produisent son histoire. C’est exactement ce que dit P. Ricoeur8 pour qui les séries des événements qui se produisent et le récit des événements, reconstruits par ceux qui ne les ont pas vécu, constituent l’histoire.

Un événement historique selon P. Ricoeur est donc un produit des êtres humains ou une manifestation qui les affectent, possédant un intérêt suffisant pour être retenu et une mise en intrigue « qui introduit un premier décalage épistémique entre l’événement tel qu’il est survenu et l’événement tel qu’il est raconté, enregistré, communiqué »9. Ici P. Ricoeur s’oppose à la conception de F. Braudel qui conçoit l’événement comme quelque chose d’éphémère – l’écume de l’histoire. Nous pensons que les événements historiques survivent bien longtemps après leur survenue, notamment grâce à leur mise en intrigue ne cessant de les rappeler, souvent pour servir de « canon » de comparaison mais également de modèle explicatif. C’est le cas de la « Crise de 29 », encore dans les mémoires et les récits de par sa gravité et ses conséquences dramatiques comme la pauvreté, le chômage de masse, voire la guerre car pour certains10, elle a sonné le glas d’une économie de marché ayant favorisé la montée du fascisme. Les « crises financières » sont de ce fait des événements s’inscrivant dans des contextes socio-historiques et prenant part à l’histoire des communautés.

Cette inscription est possible grâce à un stock social de connaissances11 qui est accumulé et constitue une base partagée par tous les membres d’une même communauté de langue. En se rapportant à lui, les individus sont capables de faire correspondre un événement à une signification. Précisons immédiatement que la signification à laquelle nous faisons référence ici n’est aucunement celle à laquelle s’attache les économistes pour définir les liens de causalité ayant mené à cette crise. Ce n’est donc pas une signification entière qui est donnée, mais une signification qui permet aux individus de faire sens sur des événements afin de pouvoir agir dans une direction qui leur apparaîtra comme la plus logique ou la plus conforme, par rapport à la situation. N’oublions pas le rôle important de l’État ayant fixé la langue officielle d’une communauté, donc la capacité à classer les choses et les individus et à définir la réalité comme le souligne P. Bourdieu12.

De manière brève, nous souhaitons évoquer ce qui est, selon nous, constitutif des crises financières en tant qu’événement ; c’est-à-dire sa capacité à ne pas se dérouler dans l’ombre et la discrétion. Ce que nous entendons par là c’est qu’il n’existe pas de possibilité de faire faillite à l’abri des regards dans le monde de la finance, d’autant plus avec le très grand nombre d’instruments de mesure – les indices boursiers (CAC 40, NASDAQ, Dow Jones, etc.) – de performances des entreprises qui agissent dans ce secteur. Ces instruments de mesure diffusent, quasiment en temps réel, la situation chiffrée des marchés avec le cour de bourse des actions. Ainsi, la faillite de Lehman Brother en septembre 2008, qui déclencha la « crise des subprimes », mit très peu de temps à venir aux oreilles des citoyens des pays les plus développés puisqu’il faut ajouter à cela, la manière des médias de travailler dans l’instant. Plus généralement, une crise de cette ampleur n’est pas imposée par un agenda quelconque, qu’il soit politique ou médiatique, elle s’impose aux différents agenda et l’ignorer ou ne pas s’en apercevoir aurait des conséquences gravissimes sur la société. Admettons que les médias ne traitent pas de ce sujet, il faudrait peu de temps pour que les informations remontent concernant une très grande baisse de la bourse parisienne et la menace de faillite des banques françaises. Il ne resterait que les médias publics, ne pouvant refuser l’invitation d’un membre de l’exécutif pour laisser à ceux-ci un espace médiatique pour effectuer leur communication.

Nous pensons donc que la crise financière est événement qui ne procède pas d’une construction délibérée qui vise à déterminer un événement à partir de faits exagérés ou mal évalués. La gravité de ces crises, compte-tenu des expériences passées et surtout de la « crise de 1929 » qui demeure encore aujourd’hui comme un modèle traumatisant à cause des effets désastreux qu’elle a eus sur le monde occidental, n’ont aucun mal à s’imposer dans le champ médiatique et politique comme un sujet de première importance qu’il faut traiter le plus rapidement et abondamment possible. L’événement de crise financière ne nécessite pas de lutte spécifique pour son imposition dans le débat public ; elle est un sujet d’importance, motivant des réactions médiatiques et étatiques, et ce sont ces réactions qui doivent être analysées en tant que construction, ou plus exactement, co-construction des événements dont nous montrerons dans un prochain billet quelle méthodologie nous paraît adapter pour leur analyse.

1MORIN Edgar, « L’événement-Sphynx » [Document en ligne] Communications, 18, 1972, pp. 173-192. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1273 (consulté en septembre 2014)

2Ibid, page 177

3ARQUEMBOURG Jocelyne, Le temps des récits médiatiques. Bruxelles : De Boeck, 2003, page 28 (Médias recherches. Série études)

4Quoi que sur cet aspect, il y aurait des arguments à avancer contre cette proposition étant donné que la notion de crise est devenue tellement utilisée qu’elle en perd sa faculté à désigner la surprise dans le fonctionnement de l’économie.

5À nouveau, certaines théories économiques, notamment celles de H. Minsky, soulignent le fait que la finance a un fonctionnement destiné à créer cycliquement des crises ; cf. SINAPI Christine et al., « L’analyse des crises : Minsky, après Fisher et Keynes » [Document en ligne] L’Économie politique, 4, 2010, numéro 48, pp. 85-103. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2010-4-page-85.htm (consulté en juin 2014)

6BARTHÉLÉMY Michel, QUÉRÉ Louis, La mesure des événements publics. Structure des événements et formation de la conscience publique, [Document en ligne] 1991, page 7. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00542618 (consulté en avril 2015)

7Ibid page 7

8RICOEUR Paul, « Le retour de l’événement » [Document en ligne] Mélanges de l’École française de Rome. Italie Méditerranée, n°1, 1992, volume 104, pp. 29-35. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_1123-9891_1992_num_104_1_4195 (consulté en avril 2015)

9Ibid page 29

10POLANYI Karl, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris : Gallimard, 2009, 467 p. (Tel)

11BERGER Peter, LUCKMANN Thomas, La construction sociale de la réalité. Paris : A. Colin, 1996, 288 p. (Références : sociologie)

12BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *