Considérer les imaginaires dans sa démarche de recherche

En insistant sur l’ancrage social du processus d’innovation technique ou en dénichant le sens et les motivations des pratiques des consommateurs-usagers, les sciences sociales et en particulier les sciences de l’information et de la communication ont acté l’importance de se pencher sur les imaginaires. Les imaginaires transitent au travers des individus et groupes d’individus. Ils viennent s’articuler et même s’inscrire dans nos artefacts. Ils sont à l’œuvre dans un processus historique qui voit évoluer une société de manière non prévisible au travers d’un dialogue entre idéel et matériel1. C’est ainsi que nous pouvons analyser, après coup, de quelle manière les imaginaires sont venus appuyer de grands projets incorporant les TICs et lire ces grands projets en évitant tout déterminisme technique.

D’un autre côté, dire que l’imaginaire est majeur et même originel dans la lecture des faits et événements peut être source de nombreux malentendus sur son potentiel explicatif. Cet article a pour objectif d’appuyer l’intérêt de l’imaginaire pour penser la démarche critique tout en soulignant ses limites.

L’effectuation matérielle imprévisible de l’imaginaire comme limite interprétative

Si l’on peut témoigner de la participation de l’imaginaire au processus historique de formation et d’évolution d’une société, c’est qu’il se concrétise de quelque manière sur le plan physique au travers d’objets ou de phénomènes sociaux que l’on est à même d’analyser. On trouvera par exemple dans les objets techniques des traces des imaginaires à l’œuvre lors de, et avant même leur conception (Flichy)2. Pour ce qui est des phénomènes sociaux, l’observation alerte de ceux-ci peut par exemple permettre de déceler le subtil mélange entre un imaginaire partagé par les individus qui y participent et une « effectuation » sociale particulière. Comme une manière de traduire les imaginaires de manière partielle, les formes sociales prendront alors pour celui qui prend la posture scientifique de l’analyse les noms de configuration, de champ, d’habitus, etc. C’est ainsi qu’un intérêt pour des valeurs communes à un groupe de personnes (plan idéel) peut fournir une des clefs nécessaires à l’interprétation d’une situation donnée (plan observable).

C’est au travers de ce processus de traduction dees imaginaires sur le plan physique que se jouera une partie du caractère aléatoire que prendront les phénomènes sociaux. Ce processus donne lieu à la production d’artefacts ou à une actualisation sociale unique de la pensée. Cette dernière dépendra des imaginaires des mondes sociaux qui sont à sa source et des ressources dont disposent les individus dans un environnement donné. Il est difficilement contestable que les imaginaires peuvent se nourrir de l’environnement dans laquelle une société évolue, car l’homme garde la faculté mentale de s’adapter à son environnement. Mais il est nécessaire aussi de constater, avec Maurice Godelier, que deux environnements relativement similaires peuvent donner lieu à des développements imaginaires très divers. Il faut ajouter à ce constat une dimension sociale car l’imaginaire peut se bâtir en interaction avec d’autres imaginaires, entre « mondes sociaux ».  Prévoir la manière dont l’homme va penser concrétiser son imaginaire dans un contexte matériel est donc difficile voire impossible. Par conséquent, l’imaginaire permet de voir a posteriori et non pas de prévoir avec certitude la matérialisation historique. Ceci constitue une première limite importante à son usage.

Prendre en compte les imaginaires : Re-politiser, dé-politiser, ou admettre le contenu politique des objets ?

Les tenants de la neutralité axiologique tendent à naturaliser les faits sociaux qui émanent de l’activité scientifique. En effet, en considérant pouvoir s’abstraire tout à fait dans le processus de production des savoirs scientifiques, ils produisent un absolutisme de leur mode d’accès au savoir. Au premier chapitre de son ouvrage Le sens pratique, Pierre Bourdieu3 expose cette prétention principale de ces individus partageant le mode d’existence scientifique : des schèmes de pensée qui ne dépendraient pas d’éléments contextuels et qui permettraient l’accès aux savoirs véritables :

« Mais le triomphalisme de la raison théorique a pour rançon l’incapacité à dépasser, et cela depuis l’origine, le simple enregistrement de la dualité des voies de connaissance, voie de l’apparence et voie de la vérité, doxa et épistèmè, sens commun et science, et l’impuissance à conquérir pour la science la vérité de ce contre quoi la science se construit. »

Ce que peut nous offrir la prise en compte des imaginaires, c’est d’abord un recul sur notre propre activité. L’imaginaire ne se limite pas à telle ou telle partie de la société. Étant un élément clef dans notre manière d’appréhender, il nous oblige au retour personnel. Dans ce domaine, la démarche critique a pour intérêt d’admettre un certain nombre de critères normatifs qui viennent influencer l’interprétation. Construire le pont entre les résultats de l’activité, les critères normatifs de jugement et l’imaginaire des scientifiques permet de re-politiser la position scientifique.

Ensuite, il s’agit d’éviter cette démarche de naturalisation du point de vue de notre terrain. Ici, la séparation entre doxa et éspistèmè du scientifique a favorisé cette distance, particulièrement en sciences de l’information et de la communication. Nous savons que tout objet est irrémédiablement investi de plusieurs imaginaires dès la plus modeste tentative de formulation ou de manière générale d’effectuation dans le « monde réel ». C’est un constat de cet ordre auquel a fait face Patrice Flichy concernant les objets techniques pendant sa carrière. Constat qui l’a amené vers sa conceptualisation de l’innovation technique. Celui-ci propose pour rappel trois phases de rencontre progressive et concrétisation successives de contenus idéels provenant de divers mondes sociaux4. L’objet technique ne sera jamais neutre de par son inscription sociale, il sera toujours imprégné de contenus idéels provenant d’acteurs souhaitant s’arroger l’idée de son ou ses usages futurs. De la même manière, comme l’a souligné Norbert Elias dans son introduction de L’individu et la société, un mot tel que « société » ne peut être prononcé sans convoquer un ensemble de sens5. Se prétendre en dehors de cette production signifiante est justement un écart impossible. Prendre acte des contenus imaginaires qui précèdent et accompagnent tout objet au sens large, qu’il soit une technique, une pré-notion comme la « neutralité axiologique » ou un outil conceptuel comme « l’espace public » semble être un pré-requis dans une démarche critique.

Si les imaginaires des acteurs ont un rôle à jouer dans l’évolution sociale et que nous admettons pouvoir prendre du recul sur ceux-ci, une option politique s’offre à nous. Face à cette option politique, nous savons que nous ne serons pas tout à fait neutres. De plus, si l’on ne peut pas critiquer l’imaginaire en tant que tel, il nous est possible de pointer du doigt son utilisation ambitieuse dans des discours d’acteurs accompagnant les projets. Quand on présente l’imaginaire comme réel :

« il est entendu que l’imaginaire se sépare du réel, qu’il prétende se mettre à sa place (un mensonge) ou qu’il ne le prétende pas (un roman) »

Le chercheur critique pourra également questionner les implications de la prise en compte de l’imaginaire en termes de relations sociales. Il ne s’agit pas d’un détournement de la recherche puisque ce contenu imaginaire, à portée politique, est indissociable de tout objet de recherche. Ne pas en discuter serait ignorer toute une facette du contenu discursif lié à l’objet. D’un autre côté, il faut prêter attention à intégrer plusieurs voix dans son travail afin d’éviter le monologue interprétatif. Le chercheur critique choisira donc l’engagement, mais en connaissance de cause et relativisé, car il se sait parti de la société dans laquelle il produit. C’est dans cette posture d’engagement qu’il a pu travailler à la mise à jour des formes de domination, des « formules génératrices » de ces formes de domination6 ou mettre en avant les effets (parfois délétères) d’un processus d’accélération sociale notamment7.

1Godelier, Maurice. L’idéel et le matériel : pensée, économies, sociétés. Flammarion, 2010.

2Flichy, Patrice. L’innovation technique récents développements en sciences sociales, vers une nouvelle théorie de l’innovation. Editions la Découverte, 1995.

3Bourdieu, Pierre. Le sens pratique. Editions de Minuit, 1980, page 61.

4Flichy, Patrice. L’innovation technique récents développements en sciences sociales, vers une nouvelle théorie de l’innovation. Editions la Découverte, 1995.

5Elias, Norbert. La société des individus. Librairie Arthème Fayard, 1991.

6Granjon, Fabien. La critique est-elle indigne de la sociologie ? Sociologie, Presses Universitaires de France, 2012, pages 75 – 86.

Disponible sur : <http://hal-univ-paris8.archives-ouvertes.fr/hal-00975514>

7Rosa, Hartmut. Aliénation et accélération : vers une théorie critique de la modernité tardive. Éditions la Découverte, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *