Pourquoi une approche constructiviste et laquelle ?

Parler de constructivisme entraîne nécessairement à parler de réalité. Cette dernière, au quotidien, entretient de proches rapports avec la vérité ; il n’est pas rare d’entendre quelqu’un s’exprimer « c’est la vérité » pour décrire ce qu’il considère être la réalité. Cette question ne peut être traitée ici car elle amène aux faits et leur objectivité, puis à la capacité autant biologique que psychologique de l’homme à construire, ainsi qu’aux questions philosophiques qu’a pu se poser Descartes1 sur le rapport entre existence et essence. Bref, nous ne pouvons traiter tous ces points, mais il faut garder à l’esprit qu’ils sont importants pour aborder le constructivisme dans sa totalité. Nous ne chercherons donc pas la vérité, et si l’on peut comprendre que réalité n’est pas forcément égale à vérité, l’on comprendra que la réalité est toujours plurielle. Il semblerait donc qu’il faille utiliser les guillemets pour signifier une distance vis-à-vis de ce terme mais, comme le précisent P. Berger et T. Luckmann2, cela ne serait pas très esthétique, ni très agréable à lire. Ainsi, à chaque fois que le lecteur croisera la réalité dans ce court texte, il devra la penser avec des guillemets afin de comprendre notre position intellectuelle et ne pas la confondre avec une prétention ou une erreur.

Nous arrivons à la question de savoir pourquoi l’on peut se trouver en face de plusieurs réalités ? La réalité se construit ; cette réponse est assez simple mais entraîne d’autres questions qui sont elles extrêmement complexes. Comment peut-on construire une réalité ? Qui peut la construire ? Pourquoi doit-on la construire ? Nous pouvons nous rendre compte que ces question revêtent une importance dans des contextes particuliers ne relevant pas du quotidien et où la construction des événements est clairement soumise à des interrogations – que ça soit sur le travail des médias ou sur les interventions des hommes politiques. C’est tout à fait le cas des crises financières internationales. Celles-ci nécessitent une construction par des acteurs qui peuvent se vanter de mobiliser assez de ressources, et de manière rapide, pour toucher le plus de personnes possible. Les membres de l’exécutif semblent tout désignés pour cette tâche, grâce à leur communication développée dans les interviews, conférences de presse et discours.

En revanche, il faudrait éviter de tomber dans le piège du constructivisme radical3, pour lequel il n’y a de réalité que construite socialement. Considérant les théories de Palo Alto, nous pouvons comprendre que ne pas communiquer est impossible, et que communiquer c’est l’expression d’une culture, d’une histoire, d’institutions socio-historiques en somme. De ce fait, il ne peut y avoir de réalité ex ante à la communication d’une réalité. Toutefois, nous savons qu’il existe des réalités qui s’imposent à l’homme sans nécessaire construction (les catastrophes naturelles). Le problème semble en fait se poser sur la relation entre réalité et connaissance, et nous considérons que la capacité de l’homme à raisonner avec des symboles lui sert à interpréter ce qu’il considère comme étant la réalité. Cela ne signifie aucunement que la réalité ne peut exister sans être connue ; autrement dit, l’inconnu et le non-perçu font aussi partie des réalités que se constituent les individus au quotidien et peuvent être comparés à un autre phénomène ou agglomérés à lui. Ils seront donc une partie du réel – total et jamais connaissable dans son entièreté – sans que l’on ne leur ait reconnu une individualité qui les forme en tant que phénomène distinct.

En ce sens, la réalité n’est pas une entité métaphysique découpée des capacités de perception des individus et la définition qu’en donnent P. Berger et T. Luckmann, nous semble tout à fait appropriée ; la réalité est une « qualité appartenant à des phénomènes que nous reconnaissons comme ayant une existence indépendante de notre propre volonté »4. Il est nécessaire d’associer cette définition à celle de la connaissance donnée par les mêmes auteurs ; la connaissance est une « certitude que des phénomènes sont réels et qu’ils possèdent des caractéristiques spécifiques »5. Pour aller encore plus loin, il faut faire appel aux théories de N. Elias et en particulier à son concept de cinquième dimension6. Si les quatre dimensions – espace + temps – existent en dehors de toute intervention humaine, leur signification n’est aucunement indépendante des symboles qui les traduisent dans la cinquième dimension. La dimension symbolique est celle du caractère unique de l’être humain et de sa pensée conceptuelle7 qui, grâce au langage, lui permet de représenter symboliquement les objets mais aussi les dimensions spatio-temporelles – N. Elias en donne en exemple fulgurant dans Du temps8.

Nous nous réclamons alors d’une approche constructiviste nuancée, où la matérialité du monde et de certains phénomènes sociaux non-perçus et inconnus ont des effets directs sur notre perception et notre construction de la « réalité », construction qui sera toujours sociale, donc jamais universelle selon les époques et les sociétés. Cependant ce qui demeure dans l’histoire, dans les discours, dans les institutions, quand on parle d’événement, ce sont bien des constructions, et ici demeure tout l’intérêt de l’approche constructiviste ; s’éloigner de l’essentialisme, du naturalisme des événements, les présentant comme des faits à part du social possédant un sens immanent et immédiatement discernables, comme si les événements pouvaient parler d’eux-mêmes et s’expliquer au monde. Imaginons alors, sans trop d’effort, qu’un secteur en crise tel que la finance où l’opacité règne (voir le shadow banking) et les mécaniques de fonctionnement sont complexes, devra être expliqué et décrit – donc construit – surtout qu’un krach boursier par exemple n’est pas perceptible aussi directement qu’une tempête.

Sous cet angle, nous pouvons mieux comprendre pourquoi nous avons plus haut désigné la réalité comme ne pouvant exister par elle-même quand il s’agit de faire sens et histoire. P. Berger et T. Luckmann et E. Goffman partagent cette vision quand ils expliquent que le chercheur doit appréhender comment les individus la conçoivent afin que, eux-mêmes, puissent la concevoir. Certes, comme le dit justement le sociologue français, C. Lemieux9, une approche exclusivement constructiviste revient à nier tous faits existant en dehors du social10 et il serait contre-productif de réfléchir de cette manière. Les critiques de G. Gauthier11 sont à ce propos justifiées. Partant d’un reproche fait à l’impossible objectivité des journalistes, il remonte au postulat du constructivisme radical, dont il considère qu’il ne tient pas parce qu’il existe une réalité brute, de faits bruts, sur laquelle la construction s’appuie. Toutefois, ce débat porte également en partie sur l’essence des choses, des phénomènes et de la réalité et nous nous concentrons plutôt sur la mise en sens et en histoire d’une réalité. Ajoutons tout de même12 que nous ne pouvons être d’accord avec G. Gauthier quand celui-ci dit que le constructivisme n’apporte pas grand-chose à la démarche scientifique, qu’il est une évidence13 ; oui c’est une évidence mais une évidence épistémologique qui permet de ne pas tomber dans le piège du naturalisme. Et dans le cas de l’étude de la communication, il est absolument indispensable de ne pas considérer la communication politique comme une manifestation réelle à part entière.

Nous reconnaissons aux phénomènes naturels une existence en dehors du monde social et une effectivité dans celui-ci. Le tsunami qui a frappé l’Asie en décembre 2004 le démontre cruellement. Cependant, la signification de cette catastrophe naturelle est construite socialement et elle peut évoluer selon l’époque, alors que le phénomène, lui, demeure le même. Auparavant, dans les sociétés primitives où les rapports avec la nature étaient engagés14, on aurait attribué le tsunami à la colère d’un ou des dieux mais aujourd’hui, nous avons compris que le tsunami a été causé par un tremblement de terre suite aux mouvements des plaques tectoniques. Nous nous intéressons ainsi aux réalités perçues, comprises et expliquées dont nous considérons qu’elles sont socialement construites, tout en gardant en tête que les matérialités du monde ont un effet sur ces réalités. Pour s’en convaincre, il suffit de s’imaginer les problèmes que posent certaines ressources énergétiques limitées dans un système économique qui les utilise dans une optique de croissance illimitée. L’approche constructiviste nous permettra donc de comprendre dans notre conceptualisation ce travail obligatoire – et très important ne serait-ce que parce qu’il sert à éviter des phénomènes de panique – des membres de l’exécutif. Plus encore, il s’agit de considérer la crise comme un événement, donc comme une manifestation du social qui n’existe qu’au travers de symboles.

1DESCARTES René, Discours de la méthode. Pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Paris : Garnier frères, 1960, 190 p. (Classiques Garnier)

2BERGER Peter, LUCKMANN Thomas, La construction sociale de la réalité. Paris : A. Colin, 1996, 288 p. (Références : sociologie)

3VON GLASERSFLED Ernst, « Introduction à un constructivisme radical » In : WATZLAWICK Paul (dir.), L’invention de la réalité : comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? : contributions au constructivisme. Paris : Éditions du Seuil, 1996, pp. 19-43 (Points. Essais)

4Ibid, page 7

5Ibid, page 7-8

6ELIAS Norbert, Théorie des symboles. Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe siècle)

7HUXLEY Julian, L’Homme, cet être unique. Paris : O. Zeluck, 1947, 372 p.

8ELIAS Norbert, Du temps. Paris : Fayard, 1996, 223 p.

9LEMIEUX Cyril, « Peut-on ne pas être constructiviste ? » [Document en ligne] Politix, 4, 2012, numéro 100, pp. 169-187. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-politix-2012-4-page-169.htm (consulté en janvier 2015)

10C. Lemieux (2012) donne la définition suivante du constructivisme ; « doctrine selon laquelle les phénomènes sociaux descriptibles dans le monde, qu’ils soient réputés ordinairement sociaux ou naturels, n’existent pas antérieurement et extérieurement au travail accompli pour les catégoriser » ; page 172

11GAUTHIER Gilles, « Journalisme et réalité : l’argument constructiviste » [Document en ligne] Communication et langages, n° 139, 2004, pp. 17-25. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_2004_num_139_1_3248 (consulté en octobre 2015)

12Nous ne pouvons nous empêcher de souligner qu’il semblerait que la complexité ne pourrait se passer de construction ; dans son article dans Questions de communication, G. Gauthier donne des exemples pour prouver la possibilité de l’objectivité, mais ces exemples sont des phrases très courtes uniquement descriptives. Un long texte faisant appel à une analyse et un langage particulier dénoterait forcément une prise de position. Qu’en est-il par exemple d’une construction sur le capitalisme, réalité éminemment complexe ? Peut-on simplement la décrire ?

13GAUTHIER GILLES, « Critique du constructivisme en communication » [Document en ligne] Questions de communication, 2003, volume 3, pp. 183-198. Disponible sur : http://

questionsdecommunication.revues.org/7502 (consulté en octobre 2015)

14ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, 258 p. (Agora)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *