Qu’est-ce que l’État ?

Nous allons dans ce texte présenter différentes approches pour concevoir l’État. Malgré une volonté de synthétiser, il nous paraît difficilement concevable d’aborder un sujet aussi vaste en si peu de lignes. Nous ne ferons donc qu’évoquer les théories des auteurs qui se sont à intéressés aux États, sans pour autant leur donner toute la place et le développement qu’elles mériteraient. Nous essaierons tout de même de brosser un tableau assez conséquent – sans être exhaustif – et surtout se voulant compréhensible.

Un début de réflexion dans la philosophie politique du XVII et du XVIIIe siècles

Au XVIIe siècle, période troublée par de nombreuses guerres, une théorie sur l’État se précise en même temps que se noue une réflexion sur les formes politiques de la société. Ce sont deux philosophes anglais qui en apportent un pan important en se penchant sur le projet d’une vie en communauté, face à la dangerosité de ce qu’ils nomment l’état de nature – qualifié d’état de guerre. Pour T. Hobbes1 et J. Locke2, les individus abandonnent leur souveraineté pour se regrouper dans une société, dont les formes de la politique – au sens de gestion de la cité – qu’elles soient royales, démocratiques ou aristocratiques, ont pour but de décider pour tous. La sujétion des individus se paye par un sacrifice de leur liberté mais par un gain de protection.

Plus tard, inspiré par eux, J. J. Rousseau3 reprend la théorie et approfondit le concept de contrat social, où ce dernier précède la formation d’un État, sur l’accord de tous dans l’abandon de la liberté, toujours au profit de la formation d’une communauté politique. Il existe bien entendu des différences entre ces trois auteurs – notamment sur l’état de nature des Hommes4, mais ils prouvent que la volonté des libéraux de s’interroger sur le pourquoi de la gestion de la cité, formée d’individus supposés naturellement libres, a eu une influence certaine sur la formation de l’État moderne.

Toutefois, ils proposent une version normative de l’État, notamment à travers un fonctionnalisme, de protection pour T. Hobbes et J. Locke, de domination pour J.J. Rousseau. Et comme nous allons le voir, décrire l’État seulement par ses fonctions est une erreur.

Le fonctionnalisme et l’anthropomorphisme, deux mauvaises manières de percevoir l’État

Le fonctionnalisme constitue avec l’anthropomorphisme, une des erreurs dans la caractérisation de ce qu’est l’État. À vrai dire, P. Bourdieu reconnaît dans Sur l’État que cela représente un travail titanesque de définir précisément l’État, notamment sur soi parce que l’État nous a fourni une éducation d’où découlent une manière de penser et de le penser. Il apparaît donc impossible pour un seul auteur d’en donner une définition.

Nous pouvons en revanche commencer par deux mauvaises façons d’effectuer ce travail. Premièrement, le fonctionnalisme consiste à se focaliser sur les fonctions de l’État en tant qu’elles justifient sa structure. Par exemple, pour les marxistes, l’État est un outil de domination au service de la classe dominante. Cette approche ne permet pas de comprendre ce qui amené ses fonctions en œuvre ni les luttes qui se déroulent pour leur maintien. En outre, elle ne permet pas d’expliquer pourquoi ses fonctions peuvent exister et, pire, le fonctionnalisme les essentialise. Pour P. Bourdieu5, c’est grâce à un consensus social, une reconnaissance générale de l’État comme étant dans la capacité de fixer un ordre social, que celui-ci peut assurer des fonctions.

Secondement, l’anthropomorphisme, notion apportée par B. Jobert et P. Muller6, donne à l’État le pouvoir d’agir seul, comme une entité unique. P. Bourdieu7 y fait référence sous l’appellation de théologie, car nous sommes ici dans la désignation mystique d’un être supérieur, auquel obéissent et se rattachent des représentants. En réalité, il semblerait plutôt que cette représentation permettent à l’État d’ « exister », nous reviendrons dessus. Il demeure que percevoir l’État comme une entité agissante rend sa conceptualisation obscure et très simplificatrice.

Une définition générale mais juste

Malgré tout, nous pouvons donner une définition, assez générale mais assez clair pour l’étude de l’État ; c’est P. Rosanvallon qui la formule « L’État n’est pas seulement un appareil administratif, il est également une figure politique abstraite, en tant qu’il incarne le principe de souveraineté »8. Ici deux éléments centraux se dégagent. D’abord l’État se développe dans une administration, permettant de gouverner un territoire, puis dans une expression de principes politiques, fournissant des cadres cognitifs et d’action à ce gouvernement. Nous retrouvons, formulés différemment, ses deux éléments chez T. Skcopol9, pour qui ils fournissent des buts à une collectivité autant qu’ils la structurent.

Nous voudrions insister brièvement sur la figure politique abstraire qui, d’après nous, est un élément qui est souvent oublié – peut-être par peur de faire de la philosophie politique. Il ne faudrait pas sous-estimer la capacité de structuration du social – et par là des individus – de ces idées politiques, que nous retrouvons dans l’idéal de la « démocratie » à titre d’exemple. Par ailleurs, dans le courant de l’analyse des politiques publiques, ce n’est que l’élément administratif qui est traité, un peu comme si l’autre élément était, lui, maintenant réglé. Cependant, comme le soulignent Y. Surel et P. Muller, les États modernes font face à la « double pression de la construction européenne et de l’autonomisation croissante des communautés « locales » »10. Si pour eux, la forme politique abstraite de l’État n’a plus autant d’importance que l’étude de l’action publique, ils font sans aucun doute l’impasse sur le fait que c’est cette forme qui structure l’action. Nous pouvons penser qu’il existe un rapport dialectique entre l’action étatique et la forme politique, mais c’est bien face aux pressions identifiées plus haut que l’État doit se reconfigurer, et tout particulièrement dans sa figure politique abstraite qui ne peut plus être celle d’une « démocratie représentative souveraine » à l’heure où l’Union Européenne est en charge du monopole fiscal.

Nous reconnaissons l’importance de l’administration car, comme l’avait déjà expliqué M. Weber11, l’État a besoin d’une administration pour gérer et diriger un peuple, si bien que la lutte politique est donc en partie une lutte pour une domination – qualifiée de bureaucratique par le sociologue allemand – via l’administration. Néanmoins, il est indéniable que cette administration est dépendante d’une forme politique abstraite, incarnée dans et par l’État, et celle-ci n’ayant rien d’éternelle est destinée à être questionnée et l’est – l’a été – sûrement déjà par la décentralisation et l’agrandissement du pouvoir politique en dehors de la France.

La (socio)genèse de l’État et des monopoles

Il existe une autre façon d’aborder le sujet de l’État. Il s’agit de chercher sa genèse, autrement dit d’avoir une approche socio-historique. Ce travail a été effectué par N. Elias12 et, plus spécifiquement, il a consisté à se pencher sur les processus de monopolisation au profit de l’État. N. Elias reprend l’idée de M. Weber de monopole de la violence légitime auquel il ajoute celui du fiscal. Remontant jusqu’au XIIe siècle en France, il identifie deux grandes phases dans l’évolution des monopoles ; une phase de concurrence libre et une phase de transformation des monopoles privés en monopoles publics. Il voit dans l’histoire l’affrontement des grandes familles (les Capétiens par exemple) pour dominer les autres et ainsi contrôler les monopoles fiscal et de violence. À la fin de cette phase, la royauté s’est imposée et le roi est la figure centrale de la politique, un souverain absolu qui n’en demeure pas moins dépendant symboliquement et fonctionnellement, des nobles et des bourgeois13.

Les monopoles, n’étant pas exclusivement au profit du roi et géré par lui, perdent peu à peu leur caractère privé au profit d’un caractère public. C’est-à-dire que l’organisation des monopoles s’est établie dans des institutions au fils des siècles, étape nécessaire à leur maintien dans une société en évolution. Toutefois, en acceptant de s‘institutionnaliser, les monopolistes deviennent de simples exécutants d’un ordre social qui s’est développé au cours d’un processus séculaire dans une division sociale toujours plus grande, tant et si bien que le monopole privé « devient le monopole de couches sociales tout entières »14. En somme, il se transforme en l’État français que nous connaissons, où les monopoles sont institués dans des organes de contrôle et de régulation qui organisent des compétitions pour accéder au contrôle de ces monopoles ; c’est le fonctionnement du régime représentatif avec les élections pour désigner les personnes en charge des monopoles.

D‘après P. Bourdieu, N. Elias oublie un monopole tout aussi indispensable, celui du symbolique. En fait, il souligne que si M. Weber implique un rapport à la légitimité dans le recours à la violence, c’est qu’il y a bel et bien un rapport au symbolique aussi15. Cette maîtrise des symboles font de l’État le principal producteur des instruments de construction de la réalité sociale. Il produit ainsi l’universel, définissant ce qui est juste pour tous ; son point de vue, un méta-point de vue, s’est traduit au fils des siècles dans l’instauration d’une langue officielle, d’unité de mesure, d’une devise, etc. Plus encore, grâce à sa magie – la magie d’État16il peut définir le statut des individus les uns par rapport aux autres. C’est le principe des rites d’institution, servant à démarquer les individus, ceux qui ont passé le rite de ceux qui ne l’ont pas passé. P. Bourdieu justifie ces capacités symboliques par la détention d’un méta-capital, autrement dit un capital permettant de gérer et d’accumuler les autres capitaux (économique, de force physique, symbolique, informationnel). Par ailleurs, ce méta-capital est renforcé par son recours par les agents étatiques qui, cherchant à défendre leurs intérêts, en viennent à défendre le développement de l’État. Pour le sociologue français, ce sont les robins, les hommes de robes, qui voulant défendre leurs connaissances et leurs compétences qu’ils désiraient instituer en corps de métier, ont permis le développement de l’État dans sa forme moderne. Enfin, il s’accorde avec N. Elias, en déterminant deux processus à l’origine de l’État moderne ; un premier concernant l’accumulation de tous les capitaux et un second concernant la transmutation de ces monopoles privés en monopole public.

Ce passage du privé au public constitue pour les monopoles une transformation fondamentale à l’origine de la forme étatique moderne. Dans son article, De la maison du roi à la raison d’État17, P. Bourdieu détaille le passage d’un État dynastique, sous domination d’une famille royale – le modèle de la maison, à l’État bureaucratique moderne. Il faut retenir de sa démonstration que l’État n’a pas toujours été ce « bon souverain public » mais qu’à l’origine il servait avant tout le roi. De plus, cette transition ne constitue en aucun cas une rupture, d’un état à l’autre sans ressemblance. Au contraire, l’État dynastique possédait des contradictions, notamment dans le recours de la royauté à une forme de bureaucratie pour la gestion des monopoles comme nous l’avons indiqué plus haut. Cette transformation correspond donc à un processus séculaire, où les monopoles privés se socialisent et s’institutionnalisent avec une division du travail qui instaurent une réciprocité entre les mandataires et le pouvoir. Nous comprenons l’importance de la genèse puisqu’elle permet de ne pas concevoir l’État sous une forme unique ayant traversé le temps. Elle explique aussi les raisons qui ont instauré la figure abstraite étatique se manifestant dans le gouvernement représentatif.

La représentativité et la théâtralisation du corps politique

L’État peut alors également se concevoir sous sa dimension représentative. Nous avons déjà insisté sur le fait que l’État n’agit pas seul, que chercher l’État en action revient à identifier quels sont les acteurs qui font justement l’action en se couvrant de la légitimité et du pouvoir associés à l’État. Il existe en parallèle une nécessité de la théâtralisation des actions des officiels – ces représentants de l’État, et donc des actions étatiques, car elles doivent se percevoir justement comme telles. Cette pratique théâtrale est en somme une manifestation de l’État insiste M. Foucault18.

À cela s’ajoute le concept de « deux corps »19, développé par l’Église pour expliquer la divinité de Jésus Christ puis reprise par les juristes pour justifier la royauté, dont nous pensons qu’il se retrouve dans les élus. Selon ce concept, ces derniers posséderaient deux corps ; un physique et un politique. Le premier est leur enveloppe corporel qui les distingue en tant qu’individu unique, le second est un capital symbolique institutionnel20 qu’ils peuvent adopter de par leur position d’élu. Ce second corps est l’expression symbolique de l’existence de l’État en tant qu’unité politique, en tant qu’il forme un corps politique qui se transmet et qui justifie son caractère transmissible – que l’on retrouve dans le gouvernement représentatif français, l’État sous cette forme ne cesse pas d’exister dès qu’un président stoppe ses fonctions. Nous pouvons associer l’idée que pour les hommes politiques élus, constituer un corps de métier revient à adopter un corps politique essentiellement lié à la figure de l’État. Ils ont donc un rôle central dans la gestion de la cité, plus encore car ils possèdent les outils de production de la réalité associé à l’État. Un chercheur s’intéressant donc à la communication de l’État ne peut pas faire impasse sur cette dimension représentative et l’activité politique professionnelle qui lui est associée.

L’État et son gouvernement

Cette activité amène une nouvelle dimension à notre réflexion. Il s’agit maintenant de se concentrer sur le gouvernement des citoyens. À l’origine, gouverner veut dire diriger les hommes. Cette action, conduite par les représentants de l’État, nécessite que nous y portions notre attention si nous désirons mieux comprendre ce qu’est l’État. M. Foucault21 s’est justement intéressé à la manière dont on gouverne. Il propose, avec son concept de gouvernementalité, la formulation de l’État en action. C’est en exerçant cette activité que le chercheur peut le percevoir « en train de faire ». La pensée de M. Foucault est particulièrement intéressante à propos de notre développement car elle fait du lien entre savoir et pouvoir, entre savoir et gestion la population, un problème pluri-séculier qui s’est posé aux différents pouvoirs religieux et politique.

L’État en instaurant un universel avec son méta-point de vue est dans la capacité de formuler des savoirs qui seront considérés par la suite comme des vérités, structurant la vision d’une « réalité sociétale ». Les statistiques ou les indicateurs quantitatifs en général offrent un très bon exemple de cela ; les agents de l’État cherchent à établir des moyens de communiquer sur des choses abstraites qu’ils veulent rendre concrètes avec des chiffes. Pour rebondir sur notre exemple, nous pouvons convoquer les théories d’A. Desrosières, pour qui le travail de quantification est un travail qui vise à fournir « un langage à visée universaliste »22. Le gouvernement n’est donc pas qu’une fonction de l’État, il est la signification de son action – il est à comprendre comme autant un moyen cognitif de le saisir que comme l’expression formelle de cette action. Toutefois, et à nouveau, il est important de ne pas rendre cette gouvernementalité unique depuis sa création. Elle a été le fruit d’une lutte entre les pouvoirs religieux et les pouvoirs politiques étatiques. C’est entre le XVe siècle et le XVI siècle que la raison d’État commence à être formulée, en opposition aux lois divines de l’Église. En somme pour M. Foucault, « L’État c’est une pratique »23 qui s’impose comme un impératif et une manière de lire la réalité.

La définition de l’État par ses relations aux choses, aux individus et aux institutions

Il reste selon nous une autre façon – au carrefour des autres –de concevoir l’État. État en action par le gouvernement des citoyens, un processus social pluri-séculaire qui s’est constitué dans le contrôle et la domination des monopoles et une double incarnation dans un appareil administratif et une figure politique abstraite, se retrouvent dans l’idée que l’État se définit dans ses relations avec les choses, les individus et les institutions. Comme le notent aussi bien N. Elias, P. Bourdieu que M. Foucault, le pouvoir n’est pas une possession, il est une dynamique relationnelle. Posséder le pouvoir ne veut rien dire, si ce n’est que l’on se trouve dans une position de domination par rapport aux autres, mais la possession du pouvoir n’exprime rien en soi. C’est dans des rapports de force, dans des engagements relationnels inter-individuels ou inter-institutionnels que se situe le pouvoir. Dès lors, se poser la question de ce qu’est l’État revient, en partie, à chercher à déterminer ses relations.

Nous pensons que c’est dans celles-ci que se situent sa définition, questionnant forcément sa figure politique abstraite. L’action de ses représentant permettrait de saisir l’État en pratique, l’État qui se fait en faisant ou qui fait en se faisant, car elle établit des relations. D’abord, l’activité de gouvernement consiste effectivement à arrêter des formes de relations avec les citoyens et les institutions – par exemple des lois sur les comportements à adopter dans les administrations publiques ou des lois sur la consommation d’alcool ou encore des mesures pour maintenir la confiance en contexte de crise. Puis, les représentants sont amenés à négocier des relations avec des institutions aussi larges et importantes que la finance internationale. Dès les années 1980, une politique de déréglementation a eu lieu dans ce secteur, instaurant une incapacité de gestion par l’État, et interrogeant sur les « nouvelles » façon de gérer la finance mais également sur les relations entretenues entre l’État et celle-ci. Autrement dit, l’État par l’intermédiaire de ses représentants s’est handicapé lui-même et s’est autorisé l’incapacité d’agir directement, ce qui questionne clairement les pouvoirs étatiques et, plus particulièrement, sa possibilité d’agir en tant que souverain.

La situation contemporaine de l’État français

Cela nous amène vers des propos sur la situation contemporaine de l’État français. Il est considéré que ce dernier est affaibli, souvent au profit des marchés globaux ou à cause d’une baisse des recettes dues à l’absence de croissance24. Ce constat paraît bien superficiel au regard de différentes manières que nous avons abordées pour définir l’État. Celui-ci semble plutôt en reconfiguration, à l’heure nous sommes plus à la mondialisation – qui d’après la définition de J. Habermas est un processus qui « caractérise l’extension croissante et l’intensification au-delà des frontières nationales à la fois des transports, des communications et des échanges », donc un processus aussi vieux que les débuts du capitalisme25 mais à la globalisation, et où l’Union Européenne prend une place grandissante dans la politique française. Cette situation entraîne le philosophe allemand a considéré l’État-Nation comme étant peut-être déjà fini26. Autrement dit pour lui, seul un gouvernement mondial pourrait gérer les enjeux contemporains qui se dressent face à l’État27.

Nous ne pouvons souscrire à cette idée et considérons que l’État, étant le fruit d’un processus et non une structure fixe définie sans capacité d’évolution, ne peut se voir imposer une fin de par des enjeux qui dépasseraient ses frontières. Sans oublier que, comme le précise N. Elias28, il existe depuis longtemps une concurrence inter-étatique qui prend ses origines, avant même les États, aux affrontements entre familles de nobles. Il s’agit d’une lutte pour l’hégémonie, procédant d’une configuration où les participants (les États) ne peuvent s’empêcher d’y prendre part sous peine d’être exclus. Il faudrait de ce fait ne pas considérer l’État comme totalement dépassé face à des tendances de temps long, ni oublier les résistances qui peuvent exister – chez les hommes politiques mais chez les citoyens aussi, ni enfin sous-estimer la force du lien entre le capital symbolique institutionnel de l’État et le capital symbolique de ses représentants, dont même s’ils peuvent promouvoir des projets de politique supranationales, doivent toujours défendre leur État. Il y a ensuite tout lieu de s’interroger sur la réappropriation à l’échelle nationale des enjeux trans-frontaliers, mais aussi sur leur construction par l’État pour ses citoyens. Il est encore beaucoup trop tôt pour prononcer le diagnostic de la fin de l’État-Nation.

En résumé, malgré toutes ces différentes façons de conceptualiser l’État nous ne pouvons considérer avoir « fait le tour de la question », surtout qu’elles sont en quelque sorte « occidentalo-centrée ». Il serait extrêmement intéressant de voir la formation de l’État en Asie par exemple. Il nous semble alors devoir situer dans notre travail une zone géographique délimitée. Néanmoins, il faut reconnaître que les pistes de réflexion que nous avons relevées permettent de prendre part à une réflexion sur les enjeux contemporains de l’État moderne. L’Union Européenne, se présentant comme une association supranationale, possède un projet politique qui remet en question la figure politique abstraite. La globalisation elle, oppose à l’État des institutions – comme les marchés financiers – pouvant s’affranchir du cadre des nations et fait appel à des formes politiques différentes de l’État – par exemple l’OMC. Selon nous, c’est bien grâce l’étude des relations que les rapports de force auxquels participe l’État pourraient se retrouver et ainsi nous permettre de dégager une définition active de l’État face à ses enjeux contemporains.

1HOBBES Thomas, Léviathan. Traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république ecclésiastique et civile [Ouvrage en ligne] Londres, 1651, 560 p. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/hobbes_thomas/leviathan/leviathan.html (consulté en février 2015)

2LOCKE John, Traité du gouvernement civil [Ouvrage en ligne] 1795 Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/locke_john/traite_du_gouvernement/traite_du_gouver_civil.html (consulté en septembre 2014)

3ROUSSEAU Jean-Jacques, Du contrat social ou principes du droit politique [Ouvrage en ligne] Genève : Orthographe modernisée, 1782, 172 p. Disponible sur : http://www.acgrenoble.fr/PhiloSophie/file/rousseau_contrat_social.pdf (consulté en février 2015)

4MANENT Pierre, Histoire intellectuelle du libéralisme : dix leçons. Paris : Hachette littératures, 1997, 250 p. (Pluriel)

5BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

6JOBERT Bruno, MULLER Pierre, L’État en action : politiques publiques et corporatisme. Paris : Presses universitaires de France, 1987, 242 p. (Recherches politiques)

7BOURDIEU Pierre, Op. cit.

8ROSANVALLON Pierre, L’État en France : de 1789 à nos jours. Paris : Éditions du Seuil, 1990, page 14 (l’Univers historique)

9SKOCPOL Theda, « Bringing the state back in : strategies of analysis in current research » In : EVANS, Peter B., RUESCHEMEYER Dietrich, SKOCPOL Theda (dir.), Bringing the state back in. Cambridge : Cambridge University Press, 1985, pp. 3-43

10 MULLER Pierre, SUREL Yves, L’analyse des politiques publiques. Paris : Montchrestien, 1998, page 10

11WEBER MAX, La domination. Paris : La découverte, 2013, 426 p. (Politique et sociétés)

12ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

13Des premiers duquel il retire une légitimation de part leur participation au jeu de la cour, d’où tout le prestige royal découle, et des seconds l’organisation de la gestion des monopoles.

14Ibid, page 31

15BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

16BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, 569 p. (Le sens commun)

17BOURDIEU Pierre, « De la maison du roi à la raison d’État [Un modèle de la genèse du champ bureaucratique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1997, volume 118, pp. 55-68. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1997_num_118_1_3222 (consulté en mars 2015)

18FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard, 2004, 435 p. (Hautes Etudes)

19KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

20BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

21FOUCAULT Michel, op. cit.

22DESROSIERES Alain, Prouver et gouverner : une analyse statistique des politiques publiques. Paris : La Découverte, 2014, page 40

23Ibid. page 282

24CASSESE Sabino, WRIGHT Vincent, « La restructuration des États eu Europe occidentale » In : CASSESE Sabino, WRIGHT Vincent (dir.), La recomposition de l’État en Europe. Paris : Éditions La Découverte, 1996, pp. 7-18 (Recherches)

25HABERMAS Jürgen, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique. Paris : Pluriel, 2013, page 54

26HABERMAS Jürgen, Op. cit

27C’est à peu près la vision partagée par N. Elias par ailleurs.

28ELIAS Norbert, Op. cit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *