Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ?

S’il existe un élément de la réflexion à définir pour un chercheur en sciences de l’information et de la communication (SIC), il s’agit bien de la communication. Autant pratique d’acteurs que centre de théories portant sur le social, la communication est un monstre épistémique, gobant tellement de choses et d’êtres qu’elle constitue l’excuse parfaite pour désigner « tout et n’importe quoi ». Elle est une complexité que l’on peut se contenter de constater pour conclure « ceci est de la communication publique », « ceci est de la communication commerciale », sans pour autant disséquer toutes ses dimensions constitutives – si tant est que cela soit possible. En somme, elle est le terrain idéal pour soit perdre le pari de la complexité, soit le tenter. Autrement dit, le chercheur peut considérer que la communication est complexe et s’arrêter ; ou considérer que la communication est complexe et s’attaquer à sa multi-dimensionnalité1. Nous tenterons ici de démontrer pourquoi la communication doit être définie en tant que concept et pourquoi cette définition doit relever d’une posture épistémologique critique, tout en donnant l’exemple de la « communication de l’État ».

Il semble salutaire pour la démarche scientifique de ne pas considérer la communication comme un objet à part entière, c’est-à-dire un objet assez concret dans la détermination de sa spécificité pouvant donner lieu à une analyse scientifique. La communication, prise comme un tout, ne possède pas de caractères assez unifiés et de manifestations assez claires pour la présenter comme un objet d’étude aboutissant à une réflexion performante sur le plan scientifique. Dans ce cas, elle peut amener une généralisation sur des pratiques sociales ou un mélange de pratiques dont les rapports entre elles sont ignorés. Par ailleurs, découper une large part dans la « réalité » pour y trouver la communication revient à commettre l’erreur de se soumettre aux jugements des acteurs et à leurs connaissances premières. Ce sont en effet eux, surtout les communicateurs ou conseillers en communication, qui produisent des discours de légitimation sur leurs pratiques, revenant à rendre probant la réalité de « la communication ». Ils ne peuvent cependant parvenir à saisir toute la complexité du processus social qu’est la communication, car elle renvoie nécessairement à plus qu‘elle-même.

Ainsi, quand nous désignons un type de communication, comme la communication de l’État ou la communication publique, il ne faut pas réifier un processus social en phénomène social global, qui apparaîtrait bien trop simplifié pour conserver l’étincelle de la complexité humaine et sociétale. Si nous prenons l’exemple de la communication de l’État, s‘interroger sur la communication de l’État consiste donc déjà à dire ce qu’est l’État, puis dire que la communication est un processus social, avec tout ce que cela implique derrière ce trop bref résumé. Cette approche reviendra à ne pas céder à une détermination fixe d’une réalité sociétale, c’est-à-dire voir de la communication de l’État parce que le chercheur l’a construite comme telle – en tant qu’objet de recherche – en partant de l’idée que la communication est un phénomène structurant les individus d’un point de vue tant subjectif qu’objectif. La communication n’entraîne pas des enjeux, elle est le fruit d’enjeux, elle est un enjeu. C’est en fait une forme de déterminisme communicationnel que de penser que la communication est responsable de telle ou telle structure sociale, alors qu‘elle semble plutôt bien être un enjeu au centre de jeux croisés.

Il faudrait voir la communication comme répondant à des objectifs attribués par des acteurs ; par exemple des acteurs politiques élus qui pensent que communiquer de telle façon est légitime donc accepté. Ensuite, il faudrait remonter jusqu’aux racines de ces objectifs pour voir ce qu’ils nous disent non seulement sur les acteurs mais aussi sur les processus sociaux auxquels ils prennent part. Dans notre cas, la communication de l’État, ou les prises de parole des membres de l’exécutif, nous renseignent sur le régime politique (rapports aux citoyens) et sur ce qu’est « l’État en action » – partant du postulat que l’État n’agit pas seul en tant qu’entité, mais en tant que représenté –, particulièrement, par les plus hauts élus (ministres et présidents), s’opposant à l’idée de l’anthropomorphisme de l’État2. Ils nous aident à comprendre la définition de l’État, mais plus exactement la définition des relations de l’État, puisque que, selon nous, l’État se définit dans ses relations aux choses, aux individus et aux institutions.

Un autre élément nous pousse à avancer cette idée. Si, à l’aide d’une approche dynamique relationnelle en usant des concepts de P. Bourdieu ou de N. Elias, la communication est un enjeu de société autant qu’un jeu social3, elle a alors une essence politique indéniable. L’exclusion de la propagande illustre tout à fait cela d’après nous. La communication, pensée comme une politique de discours dans une optique de transparence et d’information des citoyens, est la forme la plus adaptée à un gouvernement représentatif. Elle est due à un contexte socio-politique particulier, où la disqualification de la propagande, autant à l’intérieur du champ politique national que dans le champ des professionnels de la communication, témoigne que lorsque l’État communique, lorsque les membres de l’exécutif communiquent, ils font de la politique, ils mettent en œuvre une politique. Comme l’explique D. Georgakakis4, l’usage de la propagande de manière discrète et discrétionnaire par des administrations de l’État et en tant que rhétorique de dénonciation de l’ennemi en ont fait un interdit absolu en France ; plus encore avec le régime de Vichy qui s’en est servi. La communication est le fruit d’une institutionnalisation qui se trouve au carrefour de plusieurs enjeux, tant politiques (communiquer sans rappeler de mauvais souvenirs de guerre), professionnels (une nouvelle catégorie de professionnels qui cherchent à se faire une place face à des administrations réticentes à ces nouveaux venus) qu’axiologiques (se résoudre à ne pas utiliser des pratiques jugées immorales). En conséquence, participant, plus globalement, à la gestion de la cité et, plus spécifiquement, au fonctionnement de champs, elle en devient forcément politique.

Néanmoins, cette conceptualisation de la communication – se refusant au déterminisme communicationnel qui attribue à la communication une force créatrice d’enjeu – est une posture épistémologique qui nous rattache à une définition des SIC. Avoir une définition comme une discipline enfermée par son objet, « LA » communication comme si elle était une réalité transcendante et multiple dans une unicité qui ne peut que paraître factice, peut malheureusement arriver à faire des chercheurs en SIC des suiveurs de la pensée entrepreneuriale et managériale. Notre conception politique – correspondant bien à notre objet de recherche – évite de son côté le naturalisme ou l’essentialisme, qui correspondent le plus souvent à un manque de recul du à un court-termisme. D’un côté, conceptualiser la communication comme une fatalité fixant des enjeux correspond indubitablement à une une erreur épistémologique. D’un autre côté, relever le caractère central politique de la communication, qui peut être utilisée par l’État et ses représentants, sans le mettre en parallèle avec ce que cela implique dans les différentes dimensions des enjeux, que nous avons relevées de manière synthétique plus haut, est un point de vue sur les SIC en tant que science non-critique qui mérite discussion.

Nous nous accordons avec F. Granjon et E. George5 qui défendent une position centrale pour la critique dans leur discipline. Il s’agit de se dresser contre le démantèlement d’un modèle d’université pouvant former des sujets critiques, contre l’inféodation de ceux qui veulent une science au service d’une légitimation de leur projet, et enfin contre la domination sur et par des universitaires. Nous avons ici un projet qui se montre digne des enjeux sociétaux – comme la mise au pas des services publics vis-à-vis des logiques de marché – auxquels les sciences sociales devraient non seulement fournir une théorie permettant de les comprendre mais aussi guider dans des formes de résistance. Cette critique là est une praxis gramscienne6, mêlant théorie et pratique. Du moment que l’on oublie les présupposés négatifs sur la critique et que nous comprenons qu’elle offre un apport à la connaissance7, nous comprenons le rôle citoyen que peuvent – et doivent – jouer les sciences sociales, telles que les SIC.

G. Bachelard dans son ouvrage Le nouvel esprit scientifique8, dont les réflexions s’orientent autour des sciences dures mais pouvant tout à fait être transposées aux sciences sociales, explique que d’un point de vue psychologique, la pensée scientifique a une structure, celle d’une volonté « de rectification du savoir, un élargissement des cadres de la connaissance »9. Cette structure est historique car les scientifiques ne retournent pas en arrière mais ils complètent, ils rectifient toujours. Le même auteur avance sa pensée quelques années plus tard en définissant une philosophie du non10, qui est une incitation à toujours critiquer les connaissances premières et les impressions immédiates. Cela s’applique tout particulièrement aux SIC dans la mesure où la prise de recul doit être automatique pour un mot aussi polysémique et couvrant tant de pratiques sociales différentes. L’évocation de ce philosophe des sciences français nous rappelle donc que la démarche scientifique se positionne à la base comme une démarche critique.

Notre conception des SIC est en franche opposition avec la neutralité axiologique adoptée par certains chercheurs. Pour M. Sénécal11, cette neutralité est une prétention cachant aux chercheurs toute la complexité de leurs objets (qu’il relève avec l’approche dialectique) si, le point de vue épistémologique est celui d’un chercheur devant fournir des moyens cognitifs de critique. Nous voyons aussi dans cette posture la prétention (involontaire ?) d’être au dessus du citoyen lambda, d’être détaché de tous ses rapports sociaux, ce qui est une prétention éliasienne malheureusement irréalisable mais – pire ? – irréaliste. Dans Engagement et distanciation12, le sociologie allemand, qui écrit à une époque où le monde est divisé par une guerre froide, s’inquiète à juste titre de l’investissement des humains dans les idéologies, qu’elles soient capitalistes ou communistes. Il craint bien entendu la menace de l’arme nucléaire qui pourrait tous nous anéantir aux noms des idées et pense qu’en nous distançant dans nos rapports sociaux, comme nous avons pu le faire avec nos rapports avec la nature, nous pourrions améliorer nos connaissances sur la société et les individus pour, ainsi, percevoir le danger des idéologies. N. Elias livre ici une théorie qui s’attache à la neutralité axiologique alors que, pourtant, dans tous ses ouvrages transparaît le lien consubstantiel entre structure sociale et structure mentale. Autrement dit il signifie que, en fin connaisseur des théories freudiennes qu’il défend, dès sa naissance l’être humain est condamné à être modelé par le social afin d’être un individu social, dont la nature biologique est presque dans sa totalité dominée par sa nature sociale. À vrai dire, nous pourrions imaginer que seul un humain ayant été élevé par des extra-terrestres pourrait être coupé des rapports sociaux terrestres et pourrait être neutre axiologiquement ; mais est-il toujours un humain et surtout est-il capable de formuler une pensée dénuée de valeurs (de ses citoyens aliens) ?

Les défenseurs de la neutralité axiologique oublient donc le lien consubstantiel entre structure sociale et structure mentale. En somme ils s’imaginent en supra-néo-humain, à l’écart de toutes luttes sociales. Cependant, N. Elias a pu formuler des théories aussi importantes en restant le plus neutre possible car il s’intéressait au temps long (jusqu’au moyen-âge) et à l’ontologie humaine. C’est justement en prenant part à des enjeux qui lui étaient contemporains qu’il a projeté les idéaux scientifiques de la neutralité et de l’objectivité sur la société entière, ce qui n’est absolument pas critiquable en soi d’après nous. En outre, comme le souligne justement P. Bourdieu13 en parlant de la science (avec le concept de champ scientifique), la pensée scientifique se déroule dans un espace social de concurrence et d’autonomie relative. Les chercheurs réfléchissent en prenant part, qu’ils le veuillent ou non, à des intérêts particuliers. Il n’existe donc pas de science pure et il nous semble un peu aveugle de ne pas voir le rôle politique – au sens bourdieusien de lutte pour la représentation du monde social – qu’ont à jouer les chercheurs dans la formulation d’une théorie critique, en comprenant que les conditions sociales du discours scientifique ne sont pas essentiellement pas neutres.

La communication doit être pensée comme étant le fruit d’enjeux, loin de tout déterminisme dont elle serait le moteur. Elle doit aussi s’accompagner d’une volonté scientifique – respectant donc la déontologie qui va avec – de fournir une théorie pour mieux la comprendre quand, bien cernée par une conceptualisation précise, elle ne désigne plus ce « tout et n’importe quoi » mais une pratique sociale à la croisée d’autres pratiques – dont le caractère principal est politique en ce qui concerne l’analyse de la communication des acteurs politiques. Les SIC auraient donc un projet clair permettant de déterminer une praxis à propos de la communication, qui est selon F. Granjon14 un axe axiologico-épistémologique critique.

En conclusion, l’erreur épistémologique la plus néfaste aux SIC consiste à faire partir sa réflexion de la communication comme si elle imposait des enjeux, comme si des pratiques sociales en découlaient. Il s’agit de ne pas savoir de façon précise ce qu’est la communication et de l’imaginer en cette entité totale aux contours flous afin d’essayer de trouver ce qu’elle fait à nos objets. La démarche doit être à tout prix inversée pour percevoir ce qu’elle est ; il faut la définir comme un concept, qui doit toujours être perçu comme n’étant ni un déterminisme, ni un élément sans importance. Il faut lui accorder la place centrale d’un élément se trouvant à la croisée d’enjeux. C’est ainsi que nous pouvons analyser les pratiques qui amènent un type de communication particulier. C’est ainsi que le concept de communication atteint un point qui est efficace scientifiquement, entre le concret des pratiques des professionnels en tous genre et l’abstrait de la conceptualisation scientifique. Le concept de communication doit être donc comme tout concept, un rapport de connaissance entre la connaissance première et la connaissance du chercheur, incluant différentes notions et qualifiant de manière abstraite la réalité qu’il désigne. Il est inutile de chercher une définition universelle de ce concept, il revient à chaque chercheur en SIC de donner la sienne en accord avec son objet d’étude – comme nous avons pu le faire avec notre sujet de thèse sur la communication de l’État, cela évitera d’enfermer les sic dans un objet « communication » qui ne veut rien dire. Enfin, selon nous, cette démarche épistémologique doit s’accompagner d’une posture critique qui se reconnaît comme partie prenante des enjeux qui lui sont contemporains.

1MORIN Edgard, Introduction à la pensée complexe. Paris : ESF éditeur, 1990, 158 p. (Communication et complexité)

2JOBERT Bruno, MULLER Pierre, L’État en action : politiques publiques et corporatisme. Paris : Presses universitaires de France, 1987, 242 p. (Recherches politiques)

3OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

4GEORGAKAKIS Didier, La République contre la propagande. Aux origines perdues de la communication de l’État en France (1017-1940). Paris : Economica, 2004, 289 p. (Études politiques)

5GEORGE Éric, GRANJON Fabien (dir.), Critique, sciences sociales, communication. Paris : Mare & Martin, 2014, 359 p.

6GRAMSCI Antonio, Gramsci dans le texte [Ouvrage en ligne] Paris : Éditions sociales, 1975, 797 p. (disponible sur) : http://classiques.uqac.ca/classiques/gramsci_antonio/dans_le_texte/dans_le_texte.html (consulté en février 2015)

7LACROIX Jean-Guy, « Chapitre Huit : développement de la connaissance et épistémologie critique  » In : GEORGE Éric, GRANJON Fabien (dir.), Critique, sciences sociales, communication. Paris : Mare & Martin, 2014, pp. 215-233

8BACHELARD Gaston, Le nouvel esprit scientifique. Paris : Presses universitaires de France, 1960, 179 p.

9Ibid, page 173

10BACHELARD Gaston, La philosophie du non. Essai d’une philosophie d’un nouvel esprit scientifique. Paris : Presses universitaires de France, 1973, 145 p. (Bibliothèque de philosophie contemporaine)

11SÉNÉCAL Michel, « Chapitre Neuf : critique de la communication : entre connaissance et action  » In : GEORGE Éric, GRANJON Fabien (dir.), Critique, sciences sociales, communication. Paris : Mare & Martin, 2014, pp. 235-264 (MediaCritic)

12ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, 258 p. (Agora)

13BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001. Paris : Raisons d’agir, 2001, 237 p. (Cours et travaux)

14GRANJON Fabien, « Codicille : la critique est-elle soluble dans les sciences de l’information et de la communication  » In : GEORGE Éric, GRANJON Fabien (dir.), Critique, sciences sociales, communication. Paris : Mare & Martin, 2014, pp. 291-355 (MediaCritic)


Une réflexion au sujet de « Pourquoi la définition du concept de communication est une posture épistémologique ? »

  1. Réflexion intéressante mais ambivalente : on y trouve à la fois des raisons de fabriquer un concept, et d’autres qui le réduisent à un prénotion.
    Sociologiquement (justification institutionnelle) et psychologiquement intéressant (auto-persuasion).
    Question : si la communication est un concept, dans quel objet s’insère t-elle (langage, relations symboliques, significations imaginaires, idéologie ? Et plutôt que concept, pourquoi objet (interdisciplinaire comme dirait l’autre).
    Le vieil emmerdeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *